• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

La production de films en France bat un nouveau record???

21012011

Oui,

mais dans quelles conditions sont souvent fabriquées ces productions?

Voir l’exemple qui suit ce communiqué si optimiste du CNC.

bellefaye.jpg 261 films ont été agréés par le Centre national du cinéma en 2010. Parmi eux, 208 films d’initiative française, un chiffre jamais atteint depuis 1981 ! Selon les premiers éléments statistiques révélés aujourd’hui, le montant de l’argent injecté repart à la hausse, proche du niveau historique de 2008. Cette croissance s’explique notamment par une reprise des coproductions internationales…Le nombre de films agréés progresse donc de 13,5% pour atteindre 261 films, soit 31 films de plus qu’en 2009 (230). Ce record s’explique notamment par une poussée des coproductions internationales – 118 en 2010 contre 93 en 2009 (+28%). Ainsi 60 films majoritaires français ont été coproduits contre 45 en 2009, et 58 films européens (minoritaires français) contre 48 en 2009. Le nombre de productions 100% françaises atteint 143 films, soit quasiment le niveau historique de 2008. L’ensemble de la production de films d’initiative française progresse de 11,5% passant de 196 à 203 films en 2010.

Les investissements affichent eux aussi une hausse, après un repli constaté en 2009. Ainsi 1,439 Md€ ont été injectés dans l’ensemble de la production agréée, un niveau presque aussi élevé que le record de 2008 à 1,490 Md€. Le total de l’argent capté par les films d’initiative française repasse la barre du milliard d’euros (1,112, soit le 2e niveau le plus élevé après 2008).

Avec des financements qui augmentent encore plus que le nombre de films, le devis moyen des films d’initiative française croît à 5,48 M€ contre 5,10 en 2009.

Si le CNC ne devrait fournir qu’en mars des statistiques détaillées sur les devis des films, il avance déjà que « l’accroissement des investissements dans les films d’initiative française tient principalement à la croissance du nombre de films au devis entre 4 et 7 M€ ». 46 ont été agréés en 2010 contre 27 en 2009. 

source: La lettre du Bellefaye 13/01/2011

 

Cette annonce optimiste cache des réalités moins euphorisantes:

 

Un exemple: un film va se tourner à Marseille pendant 4 semaines à partir de la mi- février, sujet se tournant dans des quartiers sensibles de Marseille. Tous les techniciens sont payés au Smic et une forme de participation bidon aux bénéfices. Par ailleurs une directrice de production vient de se faire virer d’un projet à la suite d’un devis dans lequel elle avait réussi à donner des salaires corrects aux techniciens.  La production tenait absolument à ce que les salaires soient diminués et comme elle refusait d’obtempérer puisque son devis tenait dans le budget initial, elle a été  remplacée.  

Un nouveau mercantilisme est en train de voir le jour dans l’art.

Le cinéma est devenu une entreprise commerciale qui doit rapporter, peu importe le sujet et l’ambition  qu’on voudrait y mettre. Les producteurs passionnés disparaissent face à des investisseurs et des télévisions âpres aux gains. Le CNC et les subventions de l’état sont  devenus peaux de chagrins. Des subventions régionales se substituent aux aides de l’état en ne s’intéressant qu’aux bénéfices locaux en termes de rayonnement  touristique et d’emplois locaux qui sont souvent des emplois précaires. 

 

 







laubedufantastique |
kelhorreur |
sslstreaming |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | celine fait son cinema
| Culture Cinématographique d...
| BRAD ET ANGELINA